La nouvelle extension .DOCTOR qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, n'est pas réservée à la profession médicale, commence sa phase de Sunrise le mardi 23 août, à partir de 18h00 (heure française) et se terminera le 22 octobre prochain. Le tarif pour cette phase réservée aux détenteurs d'un enregistrement TMCH, est de 175,54€ HT en grille A.

La phase suivante sera la Landrush, ouverte à tous, et qui durera 72h, du 30 octobre, 17h au 2 novembre, avec un tarif de 193,40€ HT.

Enfin, l'ouverture générale aura lieu le mercredi 2 novembre, à 17h00 pile, avec un tarif de 104,10€ HT/an.

Concernant la particularité de cette extension, il est important de noter que même si celle-ci est ouverte à tous, les détenteurs d’un .DOCTOR souhaitant proposer un site à orientation médicale devront alors fournir leur autorisation d'exercer la médecine auprès du registre (Donuts).

 

Enregistrer un .DOCTOR ? :

.DOCTOR

Dans le top 10 des pré-réservations, le .BLOG fait son entrée en plein milieu du mois d'août, avec sa phase de Sunrise démarrant le jeudi 18 août à 17h00 (heure française) pour se terminer le 17 octobre prochain. Cette phase est réservée aux détenteurs d'un enregistrement TMCH (Trademark Clearing House) leur permettant de protéger leur marque avant les autres, au tarif de 179,11€ HT en grille A.

Pour les pressés qui n'ont pas le sésame de la TMCH, il faudra alors attendre la phase de Landrush, qui aura lieu du 2 au 9 novembre, au même tarif que la Sunrise, soit 179,11€ HT.

Enfin, pour ceux qui savent attendre, l'ouverture générale aura lieu le 21 novembre à 16h00 et leur patience sera récompensée puisque le tarif à l'enregistrement sera alors de 34,24€ HT/an. À condition, bien sûr, que le domaine tant souhaité soit toujours disponible à ce moment-là !

Sachez que vous pouvez d'ores et déjà procéder au pré-enregistrement de votre domaine dans la phase correspondant à votre choix et que le gentil robot Gandi tentera d'effectuer celle-ci à la première heure de la phase concernée.

 

Enregistrer un .BLOG ? :

.BLOG

Les extensions historiques .COM et .NET, raccourcis pour "COMpany" et "NETwork" sont internationalement reconnues et certainement les plus représentatives des extensions pour le monde du web.

 

Lorsque le .公司 (.xn--55qx5d, équivalent chinois du .COM) et le .网络 (.xn--io0a7i, équivalent chinois du .NET) sont passés en ouverture générale il y a 2 ans, nous n'avions pas encore d'accréditation pour celles-ci. C'est désormais le cas et nous sommes donc ravis de pouvoir vous les proposer maintenant chez Gandi.

 

Le tarif d'enregistrement pour ces deux extensions est le même, à savoir 45,30€ HT/an en grille A,

 

Ces extensions comportent quelques règles d'enregistrement. Notamment si vous souhaitez enregistrer le nom de votre société (ce qui parait censé pour le .公司), vous devez envoyer une copie de votre certificat d'enregistrement auprès d'une juridiction officielle (Kbis …), et d'autres documents si vous enregistrez en tant que personne physique, etc.

Concernant les règles précises d'enregistrement pour chaque extension  :

 

Chercher un terme sur ces extensions ? :


La nouvelle extension .商标 (forme Punycode : .xn--czr694b), passée en ouverture générale le 8 janvier 2015, est désormais disponible chez Gandi.

Cette extension est explicitement réservée aux détenteurs de marques commerciales, à l'instar du fameux Trademark international.

La validation de votre nom de domaine est soumise à certaines règles que vous pouvez lire sur la fiche de l'extension.

L'une des particularités de cette extension est de s'enregistrer pour une période de base de 10 ans, ni plus, ni moins.

Le tarif d'un enregistrement de .商标 en grille A étant de 222,76€ HT/an, cela signifie que pour enregistrer votre nom de domaine initial, il vous en coutera donc 2227,60€ HT en grille A.

 

La bonne nouvelle, c'est que vous serez tranquille pour une décennie complète !

 

Enregistrer un .商标 ? :

.商标

Si vous vous demandez à quoi ces trois lettres O peuvent bien faire référence, sachez que vous n'êtes pas les seuls. :)


Toutefois, le registre indien positionne clairement son extension comme dédiée au E-Commerce. Le .OOO est passé en ouverture générale le 22 août 2014, soit 2 ans plus tôt.
Nous vous proposons de gérer cette extension désormais chez Gandi, avec un tarif d'enregistrement à 34,22€ HT/an en grille A.

 

Enregistrer un .OOO ? :

.OOO

Le .SHOPPING suit de près son grand frère le .SHOP, et sera disponible en Sunrise à partir de mardi 19 juillet à 18h00 CEST.

Vous pourrez enregistrer vos domaines en .SHOPPING au tarif de 134,46€ H.T. par an, en grille A, jusqu'au 17 septembre.

Une courte phase de Landrush est ensuite prévue du 25 septembre au 28 septembre 2016, phase pendant laquelle il vous faudra débourser 152,32€ H.T. pour enregistrer un domaine en .SHOPPING.

L'ouverture générale est prévue le 28 septembre à 18h00 CEST, et le .SHOPPING sera alors commercialisé au tarif de 34,24€ H.T. pour un an, toujours en grille A.

Enregistrer un .SHOPPING ? :

.SHOPPING

Mardi 12 juillet, à partir de 19h00 (heure française), le .GAMES commence sa phase de Sunrise, qui durera jusqu'au 10 septembre prochain. Le tarif, sur cette phase réservée aux détenteur d'une marque et d'un enregistrement auprès d'une TMCH, est de 268,41€ HT en grille A.

Une Landrush aura lieu du 18 au 22 septembre, pour un tarif de 145,18€ HT.

Enfin, le 21 septembre, à 19h00, ce sera l'ouverture générale, avec un tarif proposé de 20,67€ HT/an.

En espérant que celui-ci ne change pas au dernier moment comme son petit frère...

 

Enregistrer un .GAMES ? :

.GAMES

Le .TUBE, nouvelle extension orientée spécial Youtubeurs (en cours de francisation par l'Académie des jeunes sages) va faire son entrée en ouverture générale ce jeudi 7 juillet, à partir de 16h00 (heure française).

Est-ce que nos vidéastes amateurs préférés vont se ruer sur l'extension pour réserver leur nom pour la modique somme de 34,24€ HT/an en grille A ?

On vous le dira peut-être dans le trailer de la saison 2 !

 

Enregistrer un .TUBE ? :

.TUBE

Le .SHOP, c'est l'une de ces nouvelles extensions avec une histoire forte. Ce qui est souvent le cas pour les extensions à gros potentiel. Plusieurs registres ont voulu s'arracher le .SHOP, et il a fallu un gros chèque pour que le registre japonais GMO récupère sa gestion. Un chèque de près de 42 millions de Dollars, quand même !

Ce qui en fait l'enchère la plus importante de ces nouvelles extensions.

Toujours est-il que la phase de Sunrise commence jeudi 30 juin, à 17h00 (heure de Paris) et durera jusqu'au 30 août. Le tarif pour cette phase est de 938,16€ HT en grille A.

 

Une courte phase de Landrush de 4 jours vous est proposée du 22 au 26 septembre, commençant et se terminant à 17h, avec un tarif à 134,89€ HT.


La phase d'ouverture générale aura lieu le 26 septembre prochain, à 17h00 également, et le tarif sera alors de 41,03€ HT/an.

Pour rappel, si vous ne répondez pas aux conditions d'éligibilité pour la Sunrise (marque déposée et inscription à une TMCH), vous pouvez d'ores et déjà pré-enregistrer vos domaines pour la phase d'ouverture générale. Les commandes en échec seront remboursées.

 

Enregistrer un .SHOP ? :

.SHOP

Les nouvelles extensions (nTLDs) ont été lancées en octobre 2013. Moins de 3 ans après ce lancement, plus de 1000 nouvelles extensions ont été déléguées, 999 étant actives.

Bien que cela agrandisse considérablement l’espace de nommage et le choix pour les internautes désireux d'enregistrer un nom de domaine, ce chiffre peut aussi effrayer les titulaires de droits de propriété intellectuelle et notamment les titulaires de marques qui peuvent y voir une difficulté supplémentaire, voire une menace, dans la gestion de leur portefeuille de domaines, d'autant que l’enregistrement d’un terme ou d’un produit dans toutes les extensions n’est plus envisageable en termes budgétaires.

Il est tout de même vivement recommandé « d’occuper le terrain » lorsque l’extension est en rapport avec l’activité ou le service proposé, et cela exige d’être correctement informé sur les nouvelles extensions, et sur les calendriers de lancement de chaque extension.

Nous vous proposons ici un tour d’horizon des nouvelles extensions, quelques chiffres et surtout les bonnes pratiques à adopter.

 

Un cap franchi en 2016

Les mois de mai et juin 2016 ont connu 2 chiffres marquants. Le 1000ème nTLD a été ouvert en mai, et le cap des 20 millions de domaines enregistrés sous une nouvelle extension a été dépassé en ce début du mois de juin (notamment en raison des fortes promotions disponibles sur l’extension .XYZ). A titre de comparaison, ce chiffre était de 11 millions au mois de janvier.

A ce jour, un peu plus de 126 millions de noms de domaine sont enregistrés en .COM. Si la comparaison avec le .COM n’est pas des plus pertinentes étant donné la popularité de cette extension, voici quelques chiffres de mars 2016 qui vous aideront à vous faire une idée des volumes en jeu :

.NET = 16,2 millions de domaines

.CN = 18,6 millions de domaines (première extension nationale)

.FR = 2,9 millions de domaines

.RU = 5,1 millions de domaines

.PE = 90 000 domaines

C’est donc officiel, il y a désormais plus de domaines enregistrés sous une nouvelle extension qu’il n’y en a sous le .NET ou sous le .DE, ce qui est symboliquement fort.

Autre comparaison qui devrait attirer votre attention, il y a aujourd’hui plus de domaines sous l’extension .XYZ (6 millions) que sous les extensions .INFO (5.6 millions), .RU ou encore .FR. C’est la première fois qu’une extension générique classique et des extensions nationales importantes passent derrière une nouvelle extension.


Une veille nécessaire

Oui, pour le moment, les nouvelles extensions ne sont pas suffisamment connus du grand public. Tous les professionnels du secteur peuvent s’en rendre compte en discutant de leur travail avec leurs proches. Mais il est évident que le besoin de nouvelles extensions sera de plus en plus important dans un avenir proche, notamment en raison du développement de l’internet des objets (qui devrait à terme permettre d’attribuer un nom de domaine aux objets connectés), du développement de l’IP v6 ou plus généralement du besoin croissant de services en lignes et de la raréfaction de l'inventaire disponible dans les extensions classiques comme le .COM

Ces dernières années, lorsque vous souhaitiez créer et protéger un terme sur internet (que ce soit une marque, une dénomination sociale, un produit ou un service), vous tentiez de couvrir le terrain en fonction des pays dans lesquels vous trouviez un intérêt (par exemple, présence de filiales ou de distributeurs). En général, vous pensiez également à protéger le terme dans les extensions classiques (en .COM, .NET, voire .ORG, .INFO, .BIZ).

Désormais, il devient nécessaire de raisonner et d’adapter sa stratégie en fonction de votre activité elle-même, ce qui n’était pas possible jusqu’à présent ! C’est l’intérêt majeur des nouvelles extensions qui ouvrent considérablement les possibilités en terme de marketing et de communication, mais qui imposent également une protection minimum de votre marque ou produit dans l’extension qui correspond à votre activité. C’est une stratégie qui s’inscrit dans le long terme car il existe, certes, des dispositifs qui permettent de faire cesser l'usage illégitime d’un domaine (UDRP, USR), mais ces procédures sont encore longues, onéreuses et bien souvent l’atteinte à vos droits de propriété intellectuelle est déjà commise (faux emails adressés à vos clients, sites web vendant de la contrefaçon).

Début 2015, il a été constaté que le nombre de plaintes UDRP pour des domaines utilisant des nouvelles extensions étaient 15 fois supérieur au nombre de plaintes pour des domaines utilisant des extensions classiques. Ce qui tend à prouver que le cybersquatting sur ces extensions est bien présent et que les atteintes aux droits de propriété intellectuels sont sérieuses.

Et ces atteintes semblent provenir en grande partie du territoire chinois. Sedo.com, l’une des principales places de marché pour la vente et l’achat de domaine, estimait que 54% des domaine en nouvelles extensions étaient enregistrés par des titulaires chinois, pays très gourmand en noms de domaine, mais où l’on trouve aussi la majorité des cas de cybersquatting.

Il n’y a pas de meilleure protection que l’enregistrement défensif pour se prémunir des cas de cybersquatting. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter régulièrement notre site pour vous assurer de ne manquer aucune extension « essentielle » à votre activité.


De grandes marques qui ouvrent la voie

Beaucoup d’entre vous l’ont très vraisemblablement lu, CANON vient de rediriger son site canon.com vers global.canon. C’est un tournant important dans la vie des nouvelles extensions, spécialement pour les .CORP (également appelé .BRAND ou .MARQUES, ces extensions qui correspondent à des marques ou des sociétés). Ce qui nous intéresse ici, c’est la raison avancée par Canon pour lancer son extension. Sur son site, le fabriquant s’appuie sur la confiance, élément moteur de l’économie numérique depuis le début de l’internet, pour annoncer ce changement :
"Since “.canon” is a domain name that can only be used by the Canon Group, users of “.canon” sites can be assured that the information they are receiving is reliable. In order to ensure that customers can safely access Canon information beyond the global site, the Company also plans to extend the “.CANON” domain name to other Canon Group sites. (http://global.canon/en/about/dotcanon/)". 

Autre exemple notable, l’extension .LECLERC qui a été utilisée par la marque pour lancer son service de location sous le domaine location.leclerc. Cette extension est assez particulière puisque le distributeur communique depuis des années sur l’enseigne E.LECLERC et le programme de l’ICANN lui a finalement permis d’exploiter pleinement son enseigne sur internet : le domaine e.leclerc redirige vers http://www.e-leclerc.com, et sera probablement utilisé comme adresse principale du site web dans quelques mois.

D’autres structures ont également choisi un .CORP tels que home.barclays, mabanque.bnpparibas ou home.cern, ce qui montre que les extensions de marques suscitent un fort intérêt et pourraient, à terme, aider à la popularisation des nouvelles extensions auprès du grand public.

Citons également quelques exemples d’usage de nouvelles extensions, génériques cette fois :

  • Velib.paris
  • Abc.xyz (site dédié à la holding de Google : Alphabet). L’enregistrement de ce domaine est la raison principale du succès de cette extension.
  • Ebay.car
  • coursflorent.education
  • london.film
  • ism.golf
  • algerie.football
  • ig.forex
  • elle.men
  • parliament.scot
  • fcbarcelona.soccer
  • audacy.space
  • valenciaopen.tennis

 

Plusieurs sociétés utilisent ces domaines enregistrés sous une nouvelle extension pour rediriger leurs visiteurs vers leur site principal, un peu comme un raccourci mais avec un plus fort impact en termes de communication : le .ALSACE, utilisé par plusieurs site de communes (mulhausen.alsace, rothbach.alsace, colmar.alsace), opel.auto, 1664.beer, carlsberg.beer, web.foundation, oxfam.ngo ou disney.tickets par exemple.

Les sites marchands utilisent quant à eux souvent des domaines enregistrés sous une nouvelle extension pour créer un raccourci que l’on pourrait qualifier de « dynamique », c’est-à-dire qui pointe vers les résultats d’une recherche. Cette configuration est notamment utilisée par Amazon pour plusieurs produits, par exemple:

  • book.horse redirige vers une page de recherche Amazon destinée aux livres sur les chevaux
  • video.support redirige vers une page de recherche Amazon destinée aux dispositifs de home cinema
  • deal.tires redirige vers une page de recherche Amazon destinée aux pneus
  • amazon.video redirige vers un service de vidéo en ligne fournit par Amazon

Et si les nouvelles extension offrent également un peu d’originalité, (diesel.vin, 007.vodka), elles entraînent aussi malheureusement leur lot de cybersquatting ou d’enregistrements contestables (disneyland.voyage, warner.theater).

 

Un deuxième tour qui se fait désirer

La question d’un second tour se pose depuis le lancement des nouvelles extensions (et même un peu avant en réalité). Le second tour devrait inciter plus de titulaires de marque à créer leur .CORP (sur le modèle de Canon ou Leclerc), mais le prix sera certainement un élément déterminant (rappelons que le dépôt d’une candidature au premier tour était de 180.000 dollars US).

Les différentes rumeurs repoussant systématiquement l’échéance, et l’ICANN n’ayant communiqué aucune date, il est certain que cela ne devrait pas arriver avant 2018.

Certaines grandes marques ont déjà fait connaitre leur intérêt pour le second tour, notamment Twitter (pour un .CORP mais aussi des extensions génériques), avec toujours comme motivation principale la sécurité. Stephen Coates, le conseil de Twitter, fait cependant savoir que des améliorations dans les mécanismes de protection des droits sont encore nécessaires. Et d’ajouter que selon lui, un deuxième tour devrait distinguer les dossiers .CORP des autres extensions génériques.

Ces derniers mois, l’ICANN a fait un examen du premier tour pour en définir les failles et améliorer les dispositifs pour le second tour. Les deux principaux points examinés étant l’effet des nouvelles extensions sur les consommateurs en termes de choix et de concurrence, et les mécanismes de protection des droits. Certains points remontés à l’ICANN ont trait aux calendriers de lancement, à la durée des phases de Sunrise (uniformiser les sunrise à 60 jours ?), à la TMCH, à la tarification des noms de domaine Premium ou encore à la possibilité pour les registres de réserver des domaines de façon arbitraire pour les remettre sur le marché dans un second temps. Il s’agit en effet de sujets confus et pour lesquels les pratiques ne sont pas harmonisées, et tous les acteurs du marché (que ce soit les registrars ou les titulaires de marques) aimeraient éviter d'avoir à faire face à nouveau aux difficultés rencontrées lors du premier tour.

Enfin, il est envisageable que les systèmes de blocage que proposent certains registres tels que Donuts et sa DPML, se généralisent. Ces dispositifs semblent rencontrer un fort succès pour les titulaires de droits, et l’ICANN a reçu des demandes pour élargir et imposer ces systèmes de blocage à l’ensemble des registres.

 

Quoi qu'il en soit, si vous avez besoin de conseils sur les dispositifs actuels de protection de vos signes distinctifs ou sur la stratégie à adopter en matière de nouvelles extensions, n’hésitez pas à contacter l’équipe Gandi Corporate !


Page 1 2 3 4
Taille du bandeau d'actualités