Une faille de securité dans le logiciel de virtualisation QEMU a été annoncée en début de semaine dernière.

Baptisée Venom et identifiée par le code CVE-2015-3456, cette faille permettrait à un attaquant d'exploiter les hôtes vulnérables depuis une machine virtuelle.

Suite à cette annonce, nous avons immédiatement déployé un correctif qui venait s'ajouter à des mesures de sécurité mises en place préalablement. Nous avons continué à étudier la vulnérabilité et avons décidé de redémarrer certaines VM pour nous assurer que les vecteurs d'attaque sont correctement supprimés.

Ce redémarrage préventif n'impactera qu'une petite partie de nos clients. Seuls les clients concernés seront contactés directement par email pour leur permettre de réagir ou d'anticiper le redémarrage de leurs services.

Les VM des clients concernés (sauf si elles ont été redemarrées entre temps) seront redémarrées lundi 25 mai à 11:59pm PDT, soit mardi 26 mai à 07:59am UTC.

Si vous avez des questions à ce sujet ou rencontrez des difficultés, n'hésitez pas à contacter le support.


Suite à l'annonce de la faille de sécurité Ghost, nous vous recommandons vivement de procéder à la mise à jour de vos serveurs en installant les paquets mis à votre disposition par les éditeurs de votre distribution.

Cette faille, qui affecte depuis novembre 2000 la bibliothèque glibc utilisée sur la plupart des distributions Linux et d'autres variantes d'Unix, est très sérieuse, puisqu'elle permet l'exécution de code à distance.

Nous nous assurons de la mise à disposition des paquets correctifs au plus vite sur mirrors.gandi.net

Sont d'ores et déjà disponibles les correctifs suivants :

Nous tâcherons de mettre cette liste à jour au fur et à mesure que les différents éditeurs publieront leurs correctifs.

Si vous êtes client Simple Hosting, nous vous recommandons de redémarrer votre instance.


Nous avons commencé à unifier le service de SFTP de Simple Hosting au début du mois de Décembre.

Cette unification continue et nous avons de nouvelles maintenances prévues sur nos 3 datacenters pour la fin de l'année 2014 et la première semaine de janvier 2015.

Nous ne prévoyons pas d'impact pour la majorité de nos clients lors de cette maintenance, mais voici quelques informations pour vous aider à vous préparer et à résoudre d'éventuels problèmes.

 

Calendrier pour les changements d'IP des endpoints SFTP

| Datacenter | Endpoint | Date de migration |

-------------------------------------------------------------------------

| Baltimore | sftp.dc1.gpaas.net | 30 Décembre 2014 |

| Luxembourg | sftp.dc2.gpaas.net | 5 Janvier 2015 |

| Paris | sftp.dc0.gpaas.net | 6 Janvier 2015 |

 

Impacts possibles :

* Perte de connectivité

Il se peut que des liaisons SFTP perdent de la connectivité pendant la migration, mais il s'agira de cas très rares et qui n'auront pas de conséquences majeures : il suffira de relancer la connexion.

* Problèmes de DNS / Firewall

Puisque l'adresse IP de chaque endpoint va changer, il se peut que des problèmes de propagation DNS surgissent pour certains clients ; pensez à ce scénario si avez du mal à joindre le service. De même, vérifiez que vos parefeux ou autres outils de sécurité ne limitent pas l'accès en fonction de l'adresse IP.

N'hésitez pas à contacter le Support si vous rencontrez des difficultés.


L'année 2015 va arriver, avec son lot de changements, comme chaque nouvelle année. Celui qui nous intéresse ici est la modification concernant la TVA applicable aux achats d'un service "électronique" (comme un nom de domaine par exemple) effectués par les résidents européens.

Pour faire court : les personnes ayant leur domicile ou leur résidence habituelle au sein de l'Union Européenne devront régler ces services électroniques (veuillez comprendre « services dématérialisés », lien comprenant la liste en bas de billet) en appliquant non plus la TVA du pays de l’Union Européenne où le vendeur est établi (en pratique où ils achètent le service), mais la TVA de leur pays de résidence (pays de consommation du service). Les règles de territorialité relatives aux achats effectués par les entreprises européennes qui ont un numéro de TVA intracommunautaire (principalement les sociétés) restent inchangées.

Évidemment, si l'on vous en parle, c'est parce que les produits Gandi (à l'exception des t-shirts actuellement) sont concernés par cette mesure.

Quelques exemples concrets : en France, la TVA est de 20%, en Espagne de 16% et au Danemark 25%.

Si un client français achète un nom de domaine à 10€ HT à une entreprise basée en Espagne, il paiera alors 12€ TTC (10€ + 20% de TVA française). Un client danois, qui achètera un domaine au même prix HT dans la même société espagnole devra, lui, s'acquitter d'un prix TTC de 12,50€ (10€ + 25% de TVA danoise). Enfin, un client espagnol paiera, lui, 11,60€ TTC (10€ + 16% de TVA espagnole).

Veuillez noter que cette mesure ne concerne que les "prestations de services de télécommunication, radiodiffusion et télévision et autres services en ligne" tels que définis par la Directive TVA. Ne seront ainsi pas concernés par la réforme les ventes « à distance » de biens physiques sur Internet (vêtements, etc.).

Sachez également que les ventes de services électroniques à des personnes qui résident dans des pays non-membres de l'UE ne seront pas soumises à la TVA européenne (export), même si ces pays sont dans l’Europe géographique (comme la Suisse, par exemple).

 

Si vous souhaitez visualiser la liste des différents taux de TVA en Europe, veuillez cliquer ici (document en PDF) ou là (site web).

Liste indicative des services fournis par voie électronique concernés :

  1. Fourniture et hébergement de sites informatiques, maintenance à distance de programmes et d'équipement.
  2. Fourniture de logiciels et mise à jour de ceux-ci.
  3. Fourniture d'images, de textes et d'informations, et mise à disposition de bases de données.
  4. Fourniture de musique, de films et de jeux, y compris les jeux de hasard ou d'argent, et d'émissions ou de manifestations politiques, culturelles, artistiques, sportives, scientifiques ou de divertissement.
  5. Fourniture de services d'enseignement à distance

Afin de vous permettre d'avoir une meilleure visibilité sur les incidents et les maintenances qui peuvent impacter nos services, nous avons développé un nouvel outil de suivi.

Cet outil, auquel vous pourrez accéder en cliquant sur le lien "Etat des services" en haut de chaque page de notre site, est visible à l'adresse suivante : https://status.gandi.net. Les maintenances programmées seront également annoncées sur cette page.

Vous pouvez utiliser l'API pour interroger l'état de nos services à partir de vos scripts et applications de monitoring. Par exemple, pour obtenir l'état des services en temps réel : https://status.gandi.net/api/services. Vous trouverez le catalogue des services disponibles à l'adresse https://status.gandi.net/api 

Par ailleurs, si vous utilisez Twitter, n'hésitez pas à suivre @gandinoc pour recevoir les alertes liées aux incidents et aux maintenances.

Cette mise à jour de notre outil de suivi est une bonne occasion pour vous rappeler la procédure à suivre en cas de problème sur l'un de vos services :

  • Tout d'abord, pensez à vérifier qu'il n'y a ni incident ni maintenance en cours, sur la page d'état des services. Vous pourrez ainsi voir si le service qui vous semble mal répondre est impacté.
  • Si l'outil de suivi n'affiche aucun événement, il s'agit peut-être d'un problème lié à l'administration de vos services. En effet, votre domaine a peut-être expiré, ou une récente modification de votre zone DNS peut poser problème. Votre instance peut être en pause, votre crédit épuisé, votre quota d'emails dépassé, autant de causes que vous pourrez identifier en vous rendant sur votre espace client.

Si vous n'êtes pas en mesure d'identifier ou de résoudre le problème, notre équipe support est joignable :

  • par chat, en cliquant sur l'icône '?' présente à droite de votre écran lorsque vous êtes connecté à votre interface client (disponible de 7h00 à 1h00 CEST),
  • en ouvrant un ticket, via ce formulaire.

Pensez à indiquer vos coordonnées et à détailler votre problème afin que nous puissions vous dépanner efficacement.

Vous recevrez une confirmation automatique de prise en compte de votre demande, comportant un numéro de ticket. Un membre de l'équipe support vous répondra ensuite par email, à l'adresse de contact indiquée dans votre compte.

Veillez donc à maintenir ces informations de contact à jour, et à vérifier votre dossier de courriers indésirables si vous ne recevez pas la confirmation automatique comportant votre numéro de ticket. 



Le service GandiSite, et plus spécifiquement les instances Basekit (les instances SiteMaker n'étant pas concernées), ont été impactées par deux incidents successifs dans la journée du 15 octobre, à savoir :

  • Un premier incident, en début d'après-midi, a rendu les sites indisponibles par intermittence.
  • Un second incident du même type a eu lieu dans la soirée.

Après investigation par nos équipes techniques, le problème a été identifié comme étant liée à la base de données. Des mesures vont être prises pour éviter qu'une telle situation ne se reproduise.

Nous vous prions d'accepter nos excuses pour la gène occasionnée.


Nous avons été impactés par de graves incidents sur plusieurs unités de stockage en début de semaine. Ces incidents ont entraînée deux interruptions de service pour une petite partie de nos clients, tant sur des instances Simple Hosting que sur des serveurs IaaS. 

Cumulées, ces deux interruptions de service réprésentent notre plus gros incident de ces trois dernières années.

Les clients concernés ont été contactés et dédommagés. Nous souhaitons néanmoins, en toute transparence, revenir ici sur les circonstances de ces incidents.

 

  • Peu avant 20h00 CEST le 7 octobre, une unité de stockage de notre datacenter parisien, hébergeant des disques de serveurs IaaS et d'instances Simple Hosting, ne répond plus.
  • À 20h00, vérifications d'usage et décision de basculer sur l'unité de secours.
  • À 21h00, migration des données interrompue. Investigation des équipes et retour vers l'unité de stockage d'origine.
  • À 2h00 redémarrage de l'unité de stockage dont le disque de journal d'écriture défectueux a été changé.
  • À 3h00, sous la forte surchage liée à l'interruption de 6 heures, l'unité de stockage ne répond plus et les équipes sont contraintes d'étaler le démarrage des instances PAAS de 3h00 à 5h30.
  • À 8h30, l'ensemble des VMs et instances est fonctionnel après vérification. Certaines VMs ou instances seront à vérifier au cas par cas.
  • L'ensemble des unités de stockage utilisant le même modèle de disque est inspecté, et l'un d'entre eux est remplacé à titre préventif.
  • À 12h30, l'unité de stockage dont le disque a été remplacé présente une défaillance légère et nos équipes recherchent l'origine du problème.
  • À 15h50, 3 disques virtuels sont bloqués et une dizaine de VM impactée. Le bug est identifié, une mise à jour préventive est réalisée sur l'unité de stockage avant sa correction. Cette mise à jour entraîne un redémarrage automatique, causant une interruption de l'hébergement.
  • À 16h15, l'ensemble des instances Simple Hosting est fonctionnel. Les disques IaaS peinent à remonter. À 17h30, plus de 80% des disques sont accessibles, 100% à 17h45.

 

Pendant toute la durée de l'incident, soit de 16h00 à 18h00 environ, l'ensemble des opérations est interrompu, interdisant tout arrêt, création ou démarrage des serveurs. Les nombreuses opérations en attente de traitement sont traitées dans leur intégralité à 19h30.

Ces incidents en série ont impacté fortement la qualité de notre service, et nous le déplorons. Nous avons d'ores et déjà pris les mesures nécessaires pour réduire l'impact de tels incidents et les prévenir en amont.

En outre, un outil de suivi des incidents et des maintenances permettant à nos clients de connaître l'état de nos services en temps réel est en cours de développement et sera mis en production d'ici la semaine prochaine.

Nous renouvelons à nos clients impactés toutes nos excuses pour le désagrément occasionné et vous remercions de votre confiance.


Suite à un incident sur une unité de stockage, il a été nécessaire de redémarrer celle-ci afin d'effectuer une mise à jour. 

Toutes les opérations ont été interrompues jusqu'à la résolution de l'incident.

Merci de ne PAS lancer de nouvelles opérations sur vos serveurs : la situation va revenir à la normale une fois l'incident terminé.

Page 1 2 314 15 16
Taille du bandeau d'actualités